Qu’est-ce qui va changer dans l’automobile en 2019 ?

Nouvelle année, nouvelles perspectives. 2019 apporte son lot de changements dans le monde de l’automobile. Mais il n’y en a pas autant que l’on s’y attendait ; en cause, le mouvement des gilets jaunes qui a eu un fort impact sur les décisions du gouvernement. Primes, barème de malus écologique moins sévère, période probatoire plus courte pour le permis en cas de formation, beaucoup de bonnes nouvelles attendent les automobilistes. Mais il y en a aussi de moins bonnes ; toutes à découvrir ici.

Les primes

  • La prime de conversion

2019 voit une hausse générale de la prime de conversion. Les plus avantagés par cette prime sont les véhicules hybrides rechargeables dont la prime qui était de 1000 € en 2018 monte à 2500 € soit une hausse de 150%. Une limitation existe cependant ; et elle concerne les véhicules hybrides d’occasion. Pour ces derniers, la prime de conversion de 2500 € n’est applicable que pour les ménages non imposables… une prime qui pourra à l’occasion servir à assurer l’entretien automobile de ces véhicules au moyen de pièces auto disponibles chez des distributeurs comme Autodistribution.fr.

  • La prime à la casse

Elle monte jusqu’à 5000 € pour les ménages non imposables. Pour une part des ménages les plus modestes (20 %) et les personnes non imposables qui parcourent au minimum 60 km par jour pour se rendre à leur travail, la prime à la casse est de 4 000 € s’ils optent pour un véhicule thermique et monte à 5 000 € s’ils font le choix d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable… véhicules dont l’entretien automobile est, reconnaissons-le, somme toute plus facile.

  • Des précisions sur les primes

Les différentes primes ne sont accordées que pour les véhicules dont le taux de pollution est de moins de 122 g/km de CO2. Une décision qui est pour diminuer l’émission des gaz à effet de serre, mais également pour encourager l’entretien automobile.  En ce qui concerne les ménages imposables, les véhicules diésel ne sont plus éligibles pour quelque prime que ce soit.

La révision du malus écologique et desindemnités kilométriques

À compter de janvier 2019, le malus écologique -qui n’est pas à confondre avec le malus d’assurance dont vous trouverez toutes les infos sur Magazine Assurance est sujet à deux principales variations. En premier, son seuil de déclenchement passe de 120 à 117 g/km de C02. En second, il y’a à noter une diminution du prix de ses tranches. Seule précision à faire à ce propos : le malus écologique s’applique désormais aux véhicules de type pick-up. Il va sans dire que faire un entretien automobile régulier exposera à un moindre malus écologique.

Les indemnités kilométriques sont révisées pour les conducteurs de petites cylindrées. Ainsi donc, il serait de + 10 % pour les véhicules de 3 chevaux et moins et + 5 % pour les 4 chevaux.

Une période probatoire plus courte pour le permis en cas de formation

Encore une bonne nouvelle pour 2019 ! À compter du 1er janvier, il est prévu pour tous les candidats venant d’obtenir leur permis une journée de formation complémentaire obligatoire qui doit nécessairement avoir lieu entre les 6e et 12e mois suivant l’obtention du permis dans une école de conduite certifiée l’État. La durée de la période probatoire qui suit cette formation passe de trois à deux ans pour les permis traditionnels et de deux ans à 1 an et demi pour les permis avec conduite accompagnée.

Un contrôle routier plus strict et des frais d’assurance et de péage revus à la hausse.

2019 est l’année des baisses de prix et des augmentations de primes sur certains côtés ; mais il sera paradoxalement l’année où les automobilistes continueront par débourser. En cause une augmentation des frais d’assurance et une hausse du prix des péages sur les autoroutes. Parallèlement, policiers et gendarmes feront la chasse aux véhicules non assurés avec des matériels technologiques de pointe et sanctionneront fortement l’usage du téléphone portable au volant. Autre nouveauté à signaler, un renouvellement des radars avec notamment le déploiement des redoutables radars tourelles et une emphase mise sur l’entretien automobile avec un contrôle technique plus sévère pour les diésels qui commencera en juillet.